300 N. Washington St.
Suite B-100
Alexandria, VA 22314
info@globalsecurity.org

GlobalSecurity.org In the News




Dernières Nouvelles d'Alsace February 22, 2003

Des armes de haute technologie

L'utilisation accrue de bombes à guidage de haute précision par tous temps, siglées « JDAM », et de nouveaux drones devraient, dans l'esprit du Pentagone, faire la décision dans une guerre contre l'Irak.

En cas de conflit en Irak, les spécialistes américains tablent sur une utilisation maximum de systèmes ayant fait leur preuves - à commencer par les bombes « intelligentes » que sont les JDAM (Joint Direct Attack Munition), programmées par les pilotes avec un système satellitaire GPS pour atteindre plusieurs cibles. Dans la guerre aérienne, les munitions à guidage de précision ont représenté 7% des armes larguées en 1991 durant le conflit du Golfe, 30% de celles utilisées en Serbie/Kosovo en 1999, 60% en Afghanistan, et le pourcentage devrait dépasser 80% en Irak, selon Mike Vickers, un ancien officier.

Guidage par satellite

« Les bombardements devraient être guidés par satellite plus que par laser », car ces derniers sont sensibles aux nuages et mauvais temps, note John Pike, directeur du centre de recherches Globalsecurity.org. Pour surveiller tranquillement les mouvements de l'ennemi, les drones (avions sans pilote) Predator et Global Hawk sont déjà en service. Les Marines disposent d'un prototype de mini-drone Dragon Eye, qui pourrait par exemple signaler les franc-tireurs en cas de guerre urbaine à Bagdad. Et l'US Army (armée de Terre) vient de présenter son futur avion espion Shadow 200. Malgré les bonds technologiques, et après la guerre exclusivement aérienne du Kosovo, c'est néanmoins le retour aux blindés de l'armée de terre qui devrait « provoquer l'effondrement du régime de Saddam Hussein », estime John Pike. D'après ce spécialiste, les Irakiens sont habitués aux bombardements, pas à voir aux portes de Bagdad les chars Abrams M-1A2. Ces tanks ont été améliorés, tout comme la nouvelle génération d'hélicoptères d'attaque Apache.

Une bombe électromagnétique

Par ailleurs la bombe électromagnétique E-Bomb (bombe E) pour détruire les centres nerveux électroniques est probablement dans l'inventaire du Pentagone, quoique Washington ne l'ait pas annoncé. Pouvant brûler les gens, cette munition à micro-ondes, si elle est au point, donne l'espoir au Pentagone de couper les communications entre Saddam Hussein et ses troupes. Dans le même genre, la « bombe black-out » BLU-114B, larguée d'avions ou de missiles de croisière, pourrait provoquer des courts-circuits sur les villes. Les industries d'armements perfectionnent aussi des armes à haute pénétration contre des bunkers enfouis en profondeur ou des cavernes de montagnes, dont certaines utilisées dès la guerre du Golfe. L'armée américaine a utilisé en mars 2002 en Afghanistan, une bombe « thermobarique » BLU-118S, également appelée explosif « air-fuel », pouvant heurter les falaises, puis absorber l'oxygène des souterrains ou espaces clos. En septembre dernier, Lockheed-Martin a testé avec succès au Nouveau-Mexique un missile de croisière pouvant percer les surfaces dures : le JASSM (Joint Air-to-Surface Standoff Missile), lancé d'avions F-16 va chercher seul sa cible malgré les brouillages.


Copyright © 2003, Dernières Nouvelles d'Alsace